Voyager authentique, c’est chic !

On se souvient tous de cette image de 2019 où des touristes se retrouvent agglutinés à flanc de montagne de l’Everest ou encore de l’initiative de WWF qui a lancé une géolocalisation fictive sur Instagram pour préserver les lieux fragiles.

2020 de par notamment le confinement nous amène à repenser nos vacances. Et si c’était aussi le moment d’adopter un tourisme plus responsable, plus éthique, à l’opposé du tourisme de masse ?

Nous avons abordé la question du tourisme responsable avec Sophie Dechentinnes, conceptrice voyage chez Terra Group.

Les conséquences liées au tourisme de masse  

Même si le nombre de touristes est prévu de baisser drastiquement en 2020 dû au coronavirus (prévisions entre 58-78%), saviez-vous qu’en 20 ans, on est passé de 700 millions de personnes à voyager à 1,5 milliards de touristes dans le monde, soit le double (OMT, 2018) ?

Le tourisme n’a effectivement pas cessé d’augmenter ces dernières années avec des effets non-négligeables sur l’environnement et les populations. Le tourisme serait responsable de 8% des émissions de gaz à effet de serre (Nature Climate Change, 2018) par le transport aérien, transport terrestre, logement et autres activités. 

– Conséquences environnementales : surconsommation des ressources naturelles et surcroît de déchets. Production de polluants, pollution de l’air et de l’eau.

– Conséquences sociales : exode rural dû à la construction de grandes infrastructures dédiées aux touristes.

Le tourisme est sans aucun doute essentiel voire indispensable comme source économique pour certains pays mais le tourisme de masse est aussi une menace pour l’environnement et ses populations locales.

Un tourisme responsable, plus respectueux de la planète et des populations est à adopter pour préserver ce que la terre a de plus beau à nous offrir.

Tourisme responsable, tourisme durable, éco tourisme, slow tourism… mais qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

Il s’agit de nouvelles formes de tourisme dont chacune a sa spécificité mais le point commun reste le même, à savoir le respect du développement durable afin de lutter contre les impacts négatifs du tourisme de masse en participant à la vie de la communauté, consommant localement, utilisant des énergies renouvelables…

L’objectif est d’assouvir les besoins actuels tout en préservant ceux des futures générations et donc par conséquence, la prise en compte des impacts économiques, sociaux et environnementaux du futur (OMT).

Quels en sont les grands principes ?

1) Participation au développement économique local : les voyageurs et intermédiaires s’engagent à une rémunération juste et à promouvoir des meilleures conditions de travail.

2) Préservation de l’environnement : privilégier des destinations respectueuses de la nature.

3) Rencontre de la population locale : découvrir la culture du pays visité et faire des rencontres authentiques (s’apparente au tourisme communautaire).

Conquis par le tourisme responsable mais vous avez quand même envie de vous faire plaisir pendant vos vacances et avoir un minimum de confort ?

Voyager luxe et éthique c’est compatible !

Voyager éthique ce n’est pas obligatoirement vivre chez l’habitant dans une cabane de 3m2 pendant 3 semaines à même le sol sans se laver et en mangeant des insectes.

L’éco tourisme luxe n’a jamais été aussi tendance. Il est en effet tout à fait possible d’allier rencontre avec les populations locales, minimisation de son empreinte écologique avec l’envie de vivre des expériences uniques et extraordinaires.

Car oui, le luxe c’est avant tout un univers de désir, de plaisir et de rêve au travers d’expériences exceptionnellesD’ailleurs les éco lodges de luxe, marché en plein essor, sont la preuve que luxe et écologie sont possibles.

Comment reconnaître un établissement responsable ?

Comme dans tous les domaines, il est malheureusement difficile de différencier les labels officiels et ceux qui sont propres à chaque infrastructure.

Les principaux à l’international :

Et en Europe :

Avant tout, voyager responsable où que l’on soit, c’est un état d’esprit du voyageur.

 10 astuces pour rendre son voyage plus éthique

1) Privilégier des modes de transports non polluants & alternatifs

2) Favoriser un voyage pour une longue période plutôt que plusieurs petits voyages

3) Consommer localement : nourriture, activités…

4) Éviter la surconsommation et le gaspillage car c’est moins cher et/ou gratuit

5) Réutiliser les serviettes dans les hôtels

6) Etre attentif à sa consommation d’eau

7) Protéger les animaux en évitant les activités qui les mettent en scène (photo avec des animaux drogués…) ainsi que de les nourrir

8) Eviter de laisser une trace sur son passage (ne pas s’éloigner des sentiers, ne pas jeter ses déchets…)

9) Ramasser les déchets que l’on trouve

10) Adopter les mœurs et coutumes de la population locale (demander avant de prendre une photo, s’habiller correctement dans les lieux de cultes…)

Il ne s’agit pas ici d’abandonner son luxe, son confort ou son plaisir mais plutôt d’être conscient de l’impact de nos actions sur la planète et d’essayer de les limiter pour la préserver.

« Seuls les sens peuvent guérir l’âme, tout comme l’âme seule peut guérir les sens » (Oscar Wilde)

Ce subtil équilibre entre sens et âme est ici indéniable. Il nous permet de continuer à apprécier les merveilles de la terre tout en la préservant consciemment.

 

Sources :

www.geo.fr/voyage/quest-ce-que-le-tourisme-responsable-193843

Image by Pinterest

A propos de Terra Group :

Terra Group est une agence de voyage réceptive qui organise des voyages sur mesure dans une idée de tourisme respectueux de l’environnement et des populations locales. Plus d’info.